Pages

lundi 15 août 2011

Parce qu'il y a des Kariane

Ce matin, j’avais une petite surprise dans ma boîte de réception au bureau. Une collègue de travail m’a transféré un courriel qu’elle a reçu de Kariane (sa nièce je crois). Kariane a 15 ans. Elle est passionnée de lecture. Elle possède deux bibliothèques remplis à craquer. Elle a aussi le talent pour développer une critique littéraire.

Je vous partage ce courriel à mon tour:

Salut Momo,

j'ai finalement lu le livre que tu m'as prêté :D

et je voulais te dire que j'ai vraiment aimé! Je t'avoue que je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, mais j'ai embarqué dedans dès le premier chapitre. L'intrigue était vraiment bonne et j'ai trouvé original le montage du roman avec chaque petite partie des différents personnages. Pas trop court et pas trop long, je ne me suis pas ennuyé à le lire et comme tu m'avais dit il se lit très bien et vite. J'ai aussi apprécié le fait qu'on ne se doute pas du dénouement et de la situation finale. C'est un bon effet de surprise. Puis le style d'écriture était très bien aussi.

Tu pourras dire à M.Charron que j'ai beaucoup aimé son œuvre!

Alors, passe une très belle journée et un beau bonjour à Claude aussi.

Kariane :)

xxx

Voilà, un petit courriel qui m’a beaucoup touché.J’ai reçu plusieurs point de vues de critiques qui m’ont tous aidés dans mon cheminement, mais celle-ci est venue chercher une corde sensible. Peut-être est-ce parce qu'elle vient d’une lectrice de la clientèle cible. Peut-être est-ce parce qu'elle est imprégnée d’une authenticité et d’une spontanéité qui donne tout son sens.

Alors, J’ai lu et relu ce courriel plusieurs fois et un constat en est ressorti. Un constat que je savais déjà mais qu’il est primordial de se rappeler.

Même si untel n’aime pas ceci. Même si untel n’aime pas cela. Si après une lecture, une Karianne de ce monde referme son livre en ayant la pensée qu’elle m’a partagée, je veux bien retourner à mon clavier et continuer d’écrire et d’écrire sans arrêt toutes les histoires inimaginables qui me trottent dans la tête. Quitte à me faire écorcher au passage et recevoir toutes les baffes littéraires du monde en même temps.

Si nos histoires trouvent leur Kariane, alors tout ca aura un sens.

Écrire n’aura été qu’un prétexte. C’est l’histoire qui nous survit.

À travers EUX.

10 commentaires:

Pat a dit…

Bah voilà! :)

Il n'existe pas, à mon avis, de plus beau moteur que celui-ci.

Yves a dit…

Tellement vrai ce que tu dis Pierre!

Nous avons tous tendance à retenir le commentaire négatif parmi le flot de commentaires positifs... Et quand un témoignage aussi sincère nous parvient, on se rappelle pourquoi on écrit...

De mon côté, le plus beau commentaire que j'ai reçu, c'est quelqu'un qui m'a dit que mon livre lui avait redonné le goût à la lecture! Quel sentiment de fierté!

Lucille a dit…

Flatteur et touchant! Contente que cette jeune fille t'ai conforté dans ton talent... et que tu nous en serve un autre prochainement ;)

Jane a dit…

Très belle leçon!

Pierre H.Charron a dit…

Bienvenue dans mon Hameau Jane.

Gen a dit…

Hé oui, ce sont ces commentaires là qui nous donnent envie de continuer, hein? :)

J'ai une collègue qui m'a appellée (alors qu'elle était en vacances) pour me dire que sa fille vient de finir Hanaken et a demandé à sa mère de dire à son amie du bureau qu'il faut qu'elle écrive la suite!

Maudite bonne façon de commencer une semaine! :)

Suzan a dit…

C'est super. Rien à ajouter.

Sylvie a dit…

On peut compter sur toi pour dire les vrais choses, en toute simplicité. Beau billet. ;)

Libraire philanthrope a dit…

Des Kariane, il n'y en aura jamais assez. Mais il y a en plus qu'on le pense. Malheureusement, rares sont les fois où elles peuvent faire part à l'auteur de leur appréciation.

Pierre H.Charron a dit…

Bienvenue dans mon Hameau Libraire philanthrope :)