Pages

mercredi 6 avril 2011

Miroir, miroir , dis-moi où sont mes failles ?

Dernièrement, certains collègues, Pat, Gen, Annie, Audrey et Evelyne, ont écrit des billets fort intéressants sur leurs faiblesses d’écriture. Pas évident de s’auto-évaluer comme ça. Certains défauts peuvent sauter aux yeux, mais d’autres sont certainement difficiles à cerner.

Pour ma part, je dirais que j’ai plus de faiblesses que de points forts. L’expérience y fait pour beaucoup. Les connaissances techniques aussi. Pour ce que l’on peut appelé d’inné en soi, ça reste toujours à prouver à long terme.

  1. Mon plus gros défaut est l’organisation. Du temps surtout. Y a tu quelqu’un qui peut m’expliquer pourquoi je trouve toujours ma vitesse de croisière quand les dates butoirs me poussent dans le dos ? Mystère et boule de gomme !
  2. J’ai plein d’idées dans la tête. Mais y a un problème… Y restent coincer là. Pourquoi ?. J’ai l’impression que je ne peux pas allonger l’histoire. Que c’est comme une éphémère. Ca vit que le temps de l’imaginer. Apprendre à développer, pour développer l’apprentissage.  (ouf, y en fume du bon à soir )
  3. Écrire au Je me stresse. Je sais pas pourquoi. J’ai l’Impression que le JE me force à m’auto-questionner et que je dois me mettre à nu. Ca m’intimide. Pourtant, mes textes, les plus puissants, je dirais, ont été écrit à la première personne…
  4. Mon premier jet est trop réécrit ! Dans ma tête qu’il est réécrit. J’ai la foutu manie d’écrire comme si c’était la version finale. Une séance de quatre heures d’écriture finit souvent que par quelques dizaines de mots. On dirait que si le texte ne me plait pas dans le style, j’ai de la misère à trouver mon histoire captivante. Je peux tu désactiver Antidote dans mon cerveau !
  5. L’intrigue, toujours l’intrigue. Je sais que c’est un morceau important, je carbure à l’intrigue. Il est vrai que je n’ai écrit que de courtes histoires. Il me faudra apprendre à développer des personnages. C’est un de mes plus grands points à améliorer.
  6. Métaphore..FORTement utilisée. Quoique que je crois que mon style est beaucoup basé sur l’amour des mots,je dois lever un peu le pied sur le champignon. Les envolées, c’est parfois plus beau quand il y a des goélands ! Mais je reste sur mes gardes….Il ne faut pas perdre un style qui fait sa signature.
  7. Toujours faire original. J’ai tendance à toujours chercher à vouloir surprendre. Ca peut me réussir. Mais, j’ai l’impression que je passe à côté de plein d’histoires. Il faut pas toujours ré-inventer la roue. Je dois me laisser aller aux premiers balbutiements de chaque inspiration.
  8. Ne pas écrire. Finalement, je pense ..je veux dire, j’affirme : Que je n’écris pas assez souvent !!! Je peux tu le dire assez fort à mon goût :

Je n’écris pas assez souvent à mon goût !!!!!!! 

Et que ca fait du bien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Essayez ça pour voir !!! :)

17 commentaires:

idmuse a dit…

Quel joli billet! Il m'a bien fait rire et je trouve agréable de voir, d'un blogue à l'autre, que les forces des uns sont les faiblesses des autres.
Et oui, on n'écrit jamais assez! Ça devrait être dans la loi de Murphy, ça aussi.

Benoit Bourdeau a dit…

Coudon, ces derniers temps, il y a de l'autoflagellation sur les blogues d'écrivain et d'écrivains...

Pat a dit…

Wow! Je commence à être surpris du nombre de réponses à mon invitation.

J'aime beaucoup ton billet, Pierre.

Je me permets de commenter ton point numéro7: toujours faire original.
J'étais comme ça avant. C'est ce qui m'empêchait d'écrire. Le piège de l'idée parfaite. De ne pas vouloir commencer à m'investir tant que je n'avais pas le fameux FLASH.
Alors, qu'en fait, suffisait de commencer à écrire pour qu'il apparaisse... :)

Pierre H.Charron a dit…

@Idmuse Ce sacré Murphy Va ;)

@Benoit Une thérapie 2.0 ;)

Pierre H.Charron a dit…

@Pat Bon coup d'envoi que tu as fait ! Et oui, ce fameaux point 7..Un vrai piège...Peut-être le pire .....

Gen a dit…

Mon truc pour écrire au "Je" sans peine : change de sexe. Si ton "je" est une femme, c'est clair que ce n'est pas toi. Ça te donnera plus de liberté.

Pour ce qui est de développer. Je commence à avoir de plus en plus l'impression qu'une idée, ça donne une nouvelle. Deux idées combinées, ça donne une longue nouvelle. Trois idées... Tu vois le genre? Quand tu as une idée, note-la, puis essaie de voir si tu pourrais pas l'ajouter à une autre idée que tu as déjà eu. (Par exemple : mon enquêtrice dans "Seppuku" est née avant le seppuku lui-même, qui m'est venu d'un autre chemin... Ils étaient faits l'un pour l'autre!)

Pour ce qui est du temps d'écriture... J'ÉCRIS PAS ASSEZ À MON GOÛT!!!! ...

Ouais, c'est vrai que ça fait du bien! hihihihi ;)

Lucille a dit…

Je compatis avec toi pour le premier jet. J'ai aussi cette facheuse habitude de croire que ce que j'écrit au premier jet, doit être paufiné, parfait, sans faille ! On dirait que ça me coince dans mon élan ! Merci de partager.

Pierre H.Charron a dit…

@Gen Dans un atlier d'écriture ,j'avais lu une demes textes écrit au JE t c'était un Je féminin Une participante trouvait que ca sonnait faux lors de la lecture. Mais j'avoue que j'avais écrit cette courte nouvelle d'une traite.....une idéé à ré-exploiter.

@Lucille Dans mon exercice au Nanowrimo, j'y ai laiisé en plan plus de 8000 mots...qui doit être retravaillé ! Ca a donné un tout autre style au texte. L'écriture exploratoire a ses bienfaits aussi.

Dominique Blondeau a dit…

pourquoi ne pas écrire en éliminant toutes ces questions ? Rimbaud n'a-t-il pas dit que JE était un autre ? Alors pourquoi t'en faire ?
Allez, en avant, toute!!!!!!!

Suzanne a dit…

J'sais pas car j'écris pas mais sirop que je compatis avec toi.
Excellent billet.

Patrice a dit…

Salut Pierre,

Je te site:"Le JE me force à m’auto-questionner et que je dois me mettre à nu." Si tu te met nu, crois moi que je ne te lis car je n'aime pas les livres d'horreur et tu ne seras plus mon ami! :)


C'est la critiques des autres qui nous empêche d’êtres créatif et spontané, car on se questionne toujours a savoir ce que vont penser les autres. C’est le syndrome de la perception et de la perfection qui nous ralenti et qui nous empêche, des fois, d’être nous même.

A+ et stp garde tes vetements ;)

Annie Perreault a dit…

Ne lâche pas, Pierre ! Du temps, on peut toujours en trouver. Une petite demi-heure ici, une autre là... Et voilà, l'écriture est enclenchée ! ;-)

Michel Gingras a dit…

Diantre ! À part les points 3 et 6, je partage toutes tes autres faiblesses !

Pierre H.Charron a dit…

@Dominique j'aime bien ce Rimbaude tout d'un coup ;)
@Suzanne :)
@Patrice Je te rejoins pour les syndromes de la perception et de la perfection. Tu as is le doigt à la bonne place. Et pour toi, je vais garder mes habits :)
@Annie C'est exactement, ce que je suis enn train de planifier depuis quelques temps....Je m'organise comme on dit!
@Michel Join the club !!!!

Carl a dit…

Pauvre toi, moi aussi, si je voulais écrire à mon goût, il faudrait que je m'enferme comme Proust et que je mette de côté tous mes autres plaisirs (ma femme, ma fille, l'enseignement, le cinéma, etc.). Ça aurait l'air qu'il faut apprendre à doser et que c'est quelque chose qui se développe avec le temps, alors patientons...

Venise a dit…

Ta huitième faiblesse peut se transformer en force ! Les autres aussi quant à ça. Le plus important est encore de se connaître, delà la beauté et l'utilité de cet excellent exercice.

Pierre H.Charron a dit…

@Carl Dosons et patientons alors :)

@Venise Sage réflexion :)