Pages

jeudi 31 mars 2011

Impasse – Sylvie Gaydos

impasse1294329762_185 Philippe a vingt ans. Affecté par la mort de son père, il jette son dévolu sur sa nouvelle filleule Sarah pour laquelle il ressent un profond attachement. Quand la fatalité lui ravi sa jeunesse, il se retrouve entre deux-mondes, confronté à son destin. Philippe  fait le choix de devenir l’ange-gardien de Sarah. Un choix de cœur. Mais parfois, la raison nous fait douter, même si on est un ange et que la seule issue réside dans une impasse.

Ma lecture s’est fait en trois étapes. La première. la mise en situation de la famille. Immédiatement, on tombe sous le charme du jeune homme. Son amour pour Sarah est palpable au maximum. L’auteure rend parfaitement ce lien puissant. Ensuite suivra l’accident et l’ascension de Philippe dans l’au-delà et de sa rencontre avec son mentor Nathan. Le surnaturel place ses assisses et l’on tente de s’adapter. Ici, il faut accepter que la notion du temps n’existe pas vraiment dans l’au-delà.

La partie médiane est celle où se déroule la vie de Sarah, de sa petite enfance jusqu’à l'âge adulte. Différents conflits et évènements se produisent et on évolue dans le temps avec Sarah. La période de jeune femme qui vit ses premiers moments d’amour est le fil conducteur. Ici, le fait que je réfléchis avec la tête d’un gars, fait en sorte que je connecte moins. C’est un peu le bout que j’appelle : le roman de fille. Mais,détrompez-vous, ces moments sont rendus à point et avec une grande maturité. Il faut lire la qualité d’une des scènes d’amour. Impeccable.

La dernière partie. La plus dure. Celle que j’ai préféré. Un tourbillon d’émotions prend l’avant-scène. Les batailles dans l’au-delà et celle livrées sur terre. En parallèle. Des choix et encore des choix. On suit l’intrigue avec alerte.Et voilà que vers les trente dernières pages, je me fais avoir. Un rebondissement que je n’ai pas vu venir et qui termine cette histoire comme vraiment il fallait qu’elle se termine en mon sens. Vraiment réussie. 

Sylvie Gaydos possède une écriture fluide qui fait parler les émotions. La description est omniprésente, c’est une grande force chez elle. Ses dialogues, quoique ayant un nombre trop élevé d’incises à mon goût, coulent très bien. Les quelques 400 pages défilent à la vitesse-lumière. Impasse est un roman d’émotions, même pour les gars..oui,oui et qui joue sur tous nos sens , et comme le nom de la collection l’indique, sur notre sixième sens. Sylvie Gaydos, sans l’ombre d’un doute, est une auteure à découvrir.

Et si jamais, elle a réellement eu des contacts privilégiés pour nous dire comment ça se passe dans l’au-delà, alors dès maintenant, j’ai déjà moins la frousse d’affronter le moment fatidique !

Impasse, Sylvie Gaydos,éditions de Mortagne,2011,393p.

10 commentaires:

Pat a dit…

Excellente critique, Pierre.

Avec tous les bons mots qui courent sur son roman, j'espère que Sylvie va réaliser l'immense talent qu'elle possède.

Entre toi et moi, j'ai l'impression qu'elle le nie encore, secrètement ;)

Gen a dit…

Ah, intéressant le point de vue gars! ;) C'est un peu celui que j'attendais, j'avoue.

Et il est toujours aussi positif! Je n'attends plus que de croiser Sylvie dans un salon! :)

ClaudeL a dit…

J'avais hâte de connaître aussi l'avis d'un "gars", parce que si je me disais c'est un livre pour les 15-35 ans, je me disais aussi que c'était un livre pour filles. Comme si c'était le public cible de DeMortagne.
Félicitations pour avoir quand même trouvé que les dialogues étaient un peu courts. Ça faisait partie des "mais" que j'ai fini par oublier dans l'élan de cette lecture "fluide" comme tu dis.

Lucille a dit…

Pierre, bravo pour cette belle chronique qui, je dois l'avouer, me rejoint en tout point ! Ce sont les éléments qui m'ont animés quand j'ai lu le livre de notre bonne amie Sylvie !

Une belle histoire... On en attends une autre ;o)

Venise a dit…

J'apprends ici que le roman rase le 400 pages !

Un jour, ce sera mon tour de le lire. J'ai lu en diagonale ton résumé, essayant plutôt de m'attarder à la critique elle-même (assez imbriquée un dans dans l'autre finalement), et je réalise qu'il y a plusieurs parties et genres, ce qui me plait bien. Et si j'ai lu en diagonale, rappelle toi que je ne lis même pas les quatrièmes de page, tellement je veux défricher ;es livres en partant à zéro.

Sylvie a dit…

Cher Pierre, merci pour cette critique généreuse. Moi aussi j'attendais l'avis d'un gars (autre que le d-p) et je suis comblée. Ça fait vraiment bizarre de retrouver son nom et la couverture de son roman à droite et à gauche, comme ici. Je ne m'habitue pas. lol
@Pat : immense ? T'exagères pas, un ti-peu ?! Merci.
@Gen : Ton salon sera le mien. ;)

Annie Perreault a dit…

C'est une belle critique, qui nous donne le goût de lire ce livre. J'ai déjà mon exemplaire en main, j'attends juste de terminer de lire mes autres romans avant de tomber dans Impasse. ;-)

Opaline a dit…

Belle critique Pierre! J'ajoute le lien de cet article pour le défi La plume au féminin

Suzanne a dit…

Je n,ai fait qu'un survol de ton commentaire auquel je reviendrai dès que j,aurai lu «Impasse». Ce sera bientôt tout comme pour ton «bébé»: «L'Incident».

Suzanne a dit…

Hon sirop petit problème avec mes apostrophes.....

J'ai omis de te dire que j'ajoute «Impasse» dans tes lectures «j'aime la plume québécoise».