Pages

lundi 12 juillet 2010

Quoi de neuf, Docteur ?

2009 étant mon année d’éclosion, je dois avouer que 2010 n’est pas très fructueuse côté écriture. Que ce soit du côté de l’avancement de mes projets ou de mes soumissions en attente et publications. Bien sûr, je pourrais énumérer plusieurs facteurs pour soulager ma conscience comme: Une maman malade suivi d’un deuil, de la morosité au travail, des événements familiaux à gérer, un CH qui prolonge son calendrier dans les séries . C’est un gros mois d’écriture ca. Un été qui commence plus tôt et avec le soleil en plus. Et bien sûr, le virus de la procrastination qui sévit toujours au détour. Là, faut que je me fouette un peu et quoi de mieux qu’un petit refus pour brasser la soupe un petit peu.

Oui, un refus d’une nouvelle que j’ai écris il y a près d’un an et que j’ai soumis au printemps. Cette fois-ci, ce refus a meilleur goût. C’est un refus qui arrive au bon moment. Un refus qui est autant important que mes précédentes acceptations. Les jours qui ont suivi sa soumission, je l’ai relu et relu et relu et j’y trouvais plein de défauts et d’anicroches. Plus je la lisais et moins je l'’aimais dans cette forme. Je regrettais même de l’avoir soumise telle quelle. Voilà, le couperet est tombé. elle ne sera pas publiée. La direction littéraire m’a expliqué ses défauts. Elle est tombé en plein dans le mille. Elle a répertorié les points qui me chicotaient et indiqué d’autres anomalies. Une analyse professionnelle très sincère et constructive. Je les en remercie. La morale de cette histoire: Remettre un manuscrit que lorsque que je serai sûr d’avoir donné le meilleur de moi-même. Pas de demi-mesure. Un manuscrit sans hésitation ou coins arrondis. Que le meilleur. Ce refus arrive vraiment au bon moment.

En cette demi-année, j’ai décidé de m’activer, de bousculer le quotidien. Je dois écrire plus. j’ai des plans incomplets qui jonchent mon bureau et des notes un peu partout. Faut que j’avance. Premièrement, belle température aidant,j’ai réduit ma cadence sur ce blogue, il est en vitesse de croisière. Je tiens à bien doser mes activités d’écriture pour en retirer le maximum tout en ne délaissant pas mes fidèles lecteurs et ça, c’est pas facile. Aussi, je suis à me bâtir un calendrier avec des échéanciers, non pas contraignants, mais pour garder l’attente de résultats bien en vue. Pour ne pas m’égarer. Je suis parfois ce genre de brebis…..

Finalement, il faut finir avec des rayons de soleil aussi. J’ai une nouvelle qui est présentement dans un comité de lecture d’une revue et j’ai aussi du nouveau sur le manuscrit que j’ai soumis à un éditeur en début d’année. Ca sent le positif et il y a des échanges. Je ne peux en dire plus. Je ne voudrais pas attirer le mauvais sort. Ne me tirer pas les vers du nez, vous n’y arriverai pas. Je reste muet comme une carpe sur ce coup ;)…malgré que ce soit difficile !

14 commentaires:

ClaudeL a dit…

Quand même. Quand tu écris: " ne pas soumettre un manuscrit sans avoir donné le meilleur de soi-même", ça me titlle un brin. En ce qui me concerne, quand je remets un manuscrit, c'est que je suis convaincue d'avoir donné le max. Évidemment trois mois plus tard, lors d'une relecture, j'y vois quelques défauts. Combien de versions, combien de mois doit-on attendre avant de soumettre un manuscrit? Je crois donc que tu as fait le bon choix, d'autant que tu as eu droit à une évaluation, ce que tu n'aurais pas eu si ton manuscrit était resté dans les tiroirs à attendre... le temps.

Gen a dit…

Moi je regrette toujours d'avoir soumis mes textes 5 minutes après les avoir envoyés, alors ne t'en fais pas trop. Comme tu dis, la direction littéraire t'as fait des commentaires pertinents. Alors ce n'est pas perdu! :) C'est en se faisant commenter qu'on avance.

Jolis rayons de soleil à la fin :) Non, on peut pas te tirer les vers du nez? Même juste un peu?

Pierre H.Charron a dit…

@Claude. peut-être est-ce mon inexpérience, mais quand je dis le meilleur de moi-même, c'est dans ma réécriture, je dois peaufiner encore plus, me questionner aussi. Dans mes dernières soumissions, j'ai été plus exigeant et j'ai mis plus d'heure. Dans la nouvelle refusée, j'ai omis certains points..par mégarde, par aveuglement, par manque de technicalités aussi.

Mais, effectivement, de l'avoir soumise, m'a permis de recevoir de l'enseignement et de me parfaire. Il n'y a pas de mauvais choix dans le fond, que du progrès dans le cheminement.

@Gen Et c'étais des commentaires très pertinents.Ca va m'aider beaucoup.
Ah oui, Et ici, je fais la carpe (:-| ...désolé ;)

Venise a dit…

Voilà de belles résolutions, et prises même pas le 1er janvier ! Un refus comme déclencheur pour se (re)prendre en mains, j'appelle ça une belle maturité.

Je ne te soutirai aucun vers du nez, mais je resterai suspendue à tes lèvres ;-)

Pierre H.Charron a dit…

@Venise Des résolutions en Juillet.. pourquoi pas ? Y a bien des Noël du campeur ;)

Isa Lauzon a dit…

Contente d'avoir de tes nouvelles, Pierre. C'est drôle, j'ai l'impression qu'on se suit, tous les deux, et qu'on est rendus à peu près à la même étape. Moi aussi, j'ai soumis des textes dont j'étais contente qu'ils aient été refusés. Manque de pertinence, manque au niveau de la réécriture... De belles leçons d'humilité apprises sur le tas...

Plein de projets amorcés pour moi aussi, qui trainent partout sur les bureaux, et que je veux mener à terme...

Bref, c'est clair, il nous faut tous les deux redoubler d'efforts pour atteindre nos buts. Ce n'est pas le moment de s'asseoir sur nos lauriers!

Je te souhaite un été productif, qui te permettra de reprendre sur ta lancée amorcée en 2009. Bonne chance!

Ah, et... quand tu auras fini de jouer à la carpe... j'espère que tu te transformeras en pie! On veut en savoir plus!!! ;)

Pierre H.Charron a dit…

@Isa Un bel été productif à toi aussi!
Et tu m'inspires une nouvelle expression idiomatique...De carpe en pie :) Mdr, je la retiens celle-là ;)

Âme Tourmentée a dit…

Eh bien je te dis ceci; Ai confiance en toi! Tout simplement!

Peu importe quand ton éclosion prendra lieu cette année ou l'autre d'après, ça arrivera!

Et d'ici là, continue!!

-xxxx-

P.S. Pour te faire sourire, le mot de code était mornifle!!! hahaha!!

Michel Gingras a dit…

Faut pas lâcher comme on dit. Moi aussi j'ai eu un refus que j'étais content de reçevoir cette année. Je l'ai retravaillé et l'ai ressoumis à une autre revue. Je resterai aux aguets pour tes projets héhé.

Pierre H.Charron a dit…

@Michel Des refus positifs. bienvenue dans le club.

@AT "Mornifle" Fais longtemps pas attendu ce mot...très circonstantiel, en effet :)

Isabelle a dit…

Je te souhaite bonne chance et j'ai hâte d'en savoir plus et de te lire.

Pierre H.Charron a dit…

@Isabelle Merci..et reste aux aguets ;)

Isa Lauzon a dit…

MDR... De carpe en pie! HAHAHA!

On devrait réclamer un copyright sur celle-là... Fifty fifty, ça te va? ;)

Pierre H.Charron a dit…

@ ISA C'tun deal ;)