Pages

dimanche 6 juin 2010

Sénilité

Il me fait plaisir de vous partager ma nouvelle Sénilité sur le blogue de Richard Tremblay. Cette nouvelle s’est vue classée parmi les dix finalistes du concours “Les Mille mots de l’Ermite”. Je tiens à remercier Richard pour les propos et commentaires de ma nouvelle. J’en suis très humblement charmé.

Et merci, de par son initiative, d’offrir une vitrine pour mon texte et de promouvoir les auteurs du Québec et de la francophonie à travers la toile avec  son concours qui fut très populaire  et qui ,nous le souhaitons tous, reviendra l’année prochaine.

Alors, pour lire cette nouvelle, il faut y aller de ce clic: Sénilité, car elle n’y sera présente qu’une dizaine de jours.

9 commentaires:

Michel Gingras a dit…

Très beau texte. J'ai vraiment aimé.

Venise a dit…

Le sujet est dur, mais c'est une réalité bien décrite.

Toujours la chute plongeante, bravo à toi !

Karuna a dit…

Très touchant, Pierre. Un texte bien mené. Bravo.

ClaudeL a dit…

Ces temps-ci pas beaucoup le temps de lire les blogues. Et j'ai eu la fausse impression que tu avais écrit de la science-fiction.
Mais pas question de passer à côté de mes blogeurs préférés, alors, je viens donc de lire. Dès le début, j'ai compris qu'il n'était pas question de fantaisie. Et puis j'ai vu ma mère et la tienne en-allée.

C'est très beau. Et tu as une chute comme on voudrait tous en trouver une dans ce genre de nouvelle. Même qu'il a fallu que je relise les 3-4- derniers paragraphes pour être certaine de comprendre, comme on regarde une image au ralenti pour l'apprécier.

Pierre H.Charron a dit…

Merci de vos propos. J'apprécie beaucoup :)

Âme Tourmentée a dit…

Sujet très dur, mais Ô combien touchant et beau comme texte...

Félicitations, vraiment...
-xxxx-

Pierre H.Charron a dit…

Je dépose ceci ici
pour garder une trace des commentaires recueillis sur le Blogue de l'Ermite avant que le billet soit retiré...

Pierre H.Charron a dit…
Dabord, je te remercie d'offrir ta vitrine pour mon texte, c'est très aimable à toi.

Aussi, tes propos me charment beaucoup et ils m'incitent à poursuivre dans ma voie. Merci.

Cette nouvelle m'a été inspirée de la première fois où je suis allé dans un CHSLD. Nous aménagions ma mère dans sa nouvelle demeure.

la vieillesse est un naufrage: Tu ne pouvais mieux décrire l'essence de ma nouvelle.Je garde cette phrase en guise de sous-titre personnelle de Sénilité.

6 juin 2010 18:32
Alexandre Babeanu a dit…
Fort et triste, très beau texte.

6 juin 2010 20:07
richard tremblay a dit…
Pierre, ç'aurait été dommage de garder ce texte-là sous sequestre. Je suis certain qu'il va réapparaître dans un format traditionnel bientôt dès que tu vas le soumettre à des revues. Ça montre aussi l'étendue de ton talent.

Quant à « la vieillesse qui est un naufrage », je crois qu'il s'agit d'un mot de Charles de Gaulle.

6 juin 2010 20:21
François Bélisle a dit…
Chapeau bas, monsieur Charron.

6 juin 2010 21:13
Vincent a dit…
C'est franchement excellent! Inutile d'en ajouter tout a été dit, une super chute. :)

7 juin 2010 09:51
Gen a dit…
J'aime non seulement la chute, mais aussi la relation entre les deux vieux :) Touchante et réaliste.

7 juin 2010 13:53
Hans Delrue a dit…
Il y a quelques mots inhabituels pour moi, mais le texte est bien réussi ;)

7 juin 2010 15:26
ClaudeL a dit…
Mais c'est bien beau, je vais aller lui dire de ce pas, oups de ce clic.

7 juin 2010 15:49
Pierre H.Charron a dit…
Merci de vos commentaires. C'est très apprécié !

7 juin 2010 19:20
Anonyme a dit…
Monsieur Charron vous m'avez fait verser des larmes. Mon grand-père était ainsi gardien de ma grand-mère, qui se nommait Anna, malade le l'alzheimer. Seulement, au lieu d'un chat, c'était un chien qu'il avait. Chapeau.

Pierre H.Charron a dit…

Et ici, je mets l'intro du billet écrit par Richard l'Ermite Tremblay :

Depuis qu'il publie, Pierre H. Charron se signale comme un auteur de textes à chutes surprenantes et amusantes. Quand sa signature apparaît, le lecteur sait qu'il va passer un moment divertissant dans le meilleur sens du terme. Et puis, voilà Sénilité, dans un registre tout à fait différent de la manière habituelle de l'auteur. Soudainement, derrière l'amuseur chevronné, on découvre un écrivain. Cette nouvelle, à l'impudeur cynique, montre à quel point la vieillesse est un naufrage.

Pierre H.Charron a dit…

Un autre commentaire:

La tête dans les étoiles... a dit…
En effet, touchant et très bien écrit. Bravo !