Pages

mercredi 10 mars 2010

Slam et Spoken Word

Hier, je suis allé au lancement de la revue Brèves 80 dans laquelle je signe un texte. Une agréable soirée qui a mené au dévoilement de la présente édition et à la lecture de différents textes qui la compose. De la micro-nouvelle au récit en passant par le tanka,un bel éventail.Je n’ai pas eu le courage de me présenter à l’avant pour la lecture,j’ai passé mon tour pour cette fois.Qui sais-je à l’avenir ? Hum …

Je voudrais préciser aussi que le collègue Keven Girard signait aussi une micro nouvelle. Un petit bijou de texte qui m’a bien fait rire. Une chute charmante et..surprenante !

Pour le début de cette soirée,la société littéraire de Laval a fait les choses en grand. Ils nous ont présenté deux invités: Émef et IVY qui sont venu nous parler de leur art et nous en faire une démonstration. La première, une adepte du Spoken Word et le second du SLAM. Ivy est considéré par beaucoup comme le fondateur du SLAM Français au Québec.

Le spoken word est un texte livré devant public par son auteur. Il se présente sous forme artistique et peut être accompagné de musique, d’effets sonores, de chorégraphie ou toutes autres accessoires permettant de faire vivre le texte, de le livrer à nos cinq sens.Les textes jouent avec la rime et le rythme et diffuse un message ou une pensée.Des mots de Émef décrit le Spoken Word comme la deuxième vie d’un texte écrit. À ce jour, la francophonie ne s’est pas approprié un terme pour le libeller.La prestation de Émef a été tout simplement superbe, malgré qu’elle ne fut accompagné d’aucun accessoire.

Le Slam ressemble beaucoup au Spoken Word, à la différence qu’il est balisé par des règles strictes:

  • Tout le monde peut participer
  • Performance a capella.
  • Aucun accessoire
  • Sujet libre
  • Le texte lu provient de l’auteur lui-même.
  • Délai de lecture de trois minutes maximum
  • Un jury, choisi au hasard, note les performances sur une échelle de dix
  • Le poète ne gagne rien. Donner parole à son texte est son gain.

Le Slam est un texte dit poétique qui joue beaucoup avec la rime, l’allitération et les assonances. Il peut être chanté, mimé, mêlé d’onomatopée. Je l’ai perçu un peu comme une chanson de Rappeur.

J’avais beaucoup d’appréhension face à cette discipline.Mais, je dois dire que je me suis fait rappelé à l’ordre.J’ai été complètement charmé par la prestation de Ivy. Chantal tient les mêmes propos. Je ne dis pas que je suis un nouvel adepte mordu qui vient de se procurer tous les billets disponibles pour les prochains SLAM dans la région. Je dis que l’expérience m’a beaucoup plu et que j’aimerais bien assister à une soirée SLAM dans le futur. Une expérience que je vous invite à vivre…même si vous dites que vous n’aimez pas la poésie. Ca n’a vraiment pas rapport avec l’idée que l’on peut s’en faire.

Je vous annexe ici une vidéo d’un SLAM. Visionnez surtout la performance de IVY que je trouve meilleur. Il est situé à la moitié du vidéo. Toute une performance pour ce Slameur!

8 commentaires:

Elisabeth a dit…

Je n'ai aucune difficulté à croire que tu aies craqué pour le SLAM. Je suis tombé sous le charme moi aussi, en octobre dernier, grâce à http://www.davidgoudreault.org/. Une très belle découverte...

Keven a dit…

Merci pour le commentaire, ça fait chaud au coeur.

Pour le slam, j'ai découvert ça l'an passé grâce à un prof du secondaire. C'est tellement magique de jouer ainsi avec les mots. Faut vraiment le voir et l'entendre pour y croire. Je reviens à Mathieu Lippé, slameur professionnel, qui est du même niveau ou à peu près que ce Ivy (que j'adore maintenant). Je vais en parler sur mon blogue je crois...

Pierre H.Charron a dit…

@Elizabeth et Keven Je vais aller visiter les sites de Goudreault et Lippé. C'est vrai que c'est magique cette symphonie de mots

ClaudeL a dit…

Eh tu viens jouer dans ma cour?!!
Je ne sais pas pour ailleurs, mais en Outaouais, à Gatineau, c'est très couru. Il y a des poètes puristes qui n'aiment pas, pas en tout cas pour le voir en livre publié, mais oralement il est vrai que ça devient un genre littéraire en soi. Mieux que bien des chansons dont on n'entend pas les paroles en tout cas.
http://www.aaao.ca/SlamOutaouais.htm

Et dans Brèves, n'y avait-il pas d'auteurs de l'Outaouais également? ce qui arrive souvent.
Félicitations en tout cas, tu commences à avoir les deux pieds dans le monde littéraire.

claude b. a dit…

Tu peux trouver la première anthologie panquébécoise de slam, Slam poésie du Québec, aux Éditions Vents d'Ouest. Ivy en fait partie, de même que des slameurs de quatre régions du Québec. Il y a aussi quelques mp3 sur le site de l'éditeur.

Pierre H.Charron a dit…

Merci Claude et Claude (ca sonne comme Dupont et Dupont! )

Je m'en vais voir ces sites de ce pas

chula #1 a dit…

J'ai toujours cru que je n'aimais pas la poésie, j'ai assisté bien à reculons, à une soirée poésie et finalement heureusement que j'y accompagné Pierre, j'ai découvert que sous sa version SLAM, la poésie pouvait finalement être mélodieuse à mon oreille. Merci à toi de me faire découvrir, par ta passion, tous les sens de la magie des mots.

Pierre H.Charron a dit…

Va falloir se bouquer une soirée SLAM bientôt...on regarde ca de près :)