Pages

lundi 22 mars 2010

101 raisons de rester chez nous

Je suis allé au cinéma avec beau-frère, belle sœur et leurs ribambelle âgée entre 10 et 16 ans. Nous voulions voir un certain film 3D que les jeunes avaient bien hâte de voir. Rendu en mars, il ne devrait plus y avoir de problème. Donc, on s’est dit: direction grand cinéma rive-nord, près d’un grand marché aux puces, par la foi de mes Saintes-Moustaches ! Hécatombe- Film X complet- Jeunes déçus- Parents aussi. Nous optons donc pour film Y, une nouveauté. Places vacantes pour film Y. Jeunes retrouvent le sourire quand même.Soudain, un éclair de génie. Pourquoi ne pas aller à l’Autre Grand cinéma.À Laval. Bonne idée, Colossus de Colossus ;)

Second désastre. Film X complet aussi. Bien essayé pareil qu’on s’est dit. Alors, allons voir film Y, clamons tous gaiement. Beeeeeppp!!! Mauvaise réponse !!!! Y aura pas de film Y pour nous et les jeunes. Ben non ! Car nouveauté Y pas présenté en Français….seulement en Anglais . Pis majorité, pour ne pas dire quasi totalité d’entres-nous ne comprend pas l’anglais. Pour cause, y habitent au Québec depuis leur naissance.Alors, nous étudions les horaires et les affiches et remarquons qu’il y a une MAJORITÉ de film à l’affiche en anglais. Une majorité répétai-je. Quel beau pays que j’habite !

Je ne veux pas entendre parler que les films en versions originales sont meilleurs, que c’est normal que les primeurs sortent en versions originales d'abord, que c’est une entreprise privée et patati et patata…je sais tous ca, je suis pas innocent. C’est que le dit film Y qui est une nouveauté est disponible à quelques kilomètres à peine dans l’Autre grand cinéma de la région. Allo, y a quelqu’un au bout du fil ?  Ca fait que la joyeuse ribambelle s’en est retournée en rongeant leur frein.

Maintenant nous savons pourquoi ce cinéma a son architecture fait en soucoupe volante, et oui, elle est vraiment fait en soucoupe volante géante. C’est pour nous rappeler que la clientèle francophone, c’est comme des extras-terrestres, on en attend parler, mais on les vois jamais….ou on ne veut pas les voir.

Je ferai amende honorable, vous ne me reverrez pas de si tôt.

E.T  Cinéma  Maison !

25 commentaires:

Pat a dit…

Je né vais jamais au cinéma pour des raisons esthétiques, mais je compatis avec toi et ta famille.

Soucoupe volante? Ainsi, c'est là qu'ils se cachent.

Pierre H.Charron a dit…

Les envhaisseurs sont démasqués !

Karuna a dit…

J'avais entendu dire que le Colossus projetait plus de film en anglais qu'en français. C'est donc vrai. J'y vais le moins possible, trop peur que la soucoupe décolle avant que je sois partie!

Pierre H.Charron a dit…

C'est pas une légende urbaine. Que la triste réalité !

Gen a dit…

Je vais faire l'avocat du diable ici. Autour de chez moi, il y a trois cinémas. Deux projettent la majorité de leurs films en français. Le troisième les projette en anglais. Y'a qu'à choisir son cinéma.

De toute façon, maintenant, avant d'aller voir un film, je consulte IMDB. Doublé au Québec? On va le voir en français. Doublé en France? On va se débrouiller pour comprendre la version originale.

Depuis le "Salut gamine, je t'ai manqué?" prononcé avec un accent de séducteur français à la petite semaine par Wolverine dans les premières minutes de X-Men II, j'ai officiellement décidé que les traductions faites en France n'existent plus dans mon univers.

Résultat : 7 ans plus tard, je suis (enfin) bilingue.

ClaudeL a dit…

Faites-moi pas pomper ce soir! Et si on était conséquent aussi. On écoute de la musique en anglais, on écoute les postes de télé en anglais, on les commente en plus (C'est juste de la TV), on enseigne maintenant l'anglais à partir de la première année (j'ai pas encore compris pourquoi), on dit c'est pas grave, on emploie des mots anglais à coeur de jour sous prétexte qu'on est "in" ou qu'on travaille en aéronautique ou en informatique (je sais Pierre, je sais), on accepte des raisons sociales en anglais sans rien dire, on accepte de voir des pochettes de DVD dont le titre anglais est plus gros que celui en français, alors on se surprend vraiment de voir plus de films en anglais?!
Eh oui, j'ai pris ma pilule pour la pression ce matin!

Karuna a dit…

Tu n'as pas tort ClaudeL, mais la réalité c'est que la clientèle, à Laval, est de plus en plus anglophone. Le cinéma fait des affaires dans la langue des dollars.

Suzanne a dit…

T'en fais pas Claudel, Pierre H. l'a dit, nous sommes des extra-terrestres. Puis comme monsieur dollar mène, si on s'obstine à ne pas parler anglais au QUEBEC, on va devenir des attractions dans les foires de nos tits zamis anglais. Alors, nous n'aurons pas tout perdu...

Alexandre Babeanu a dit…

Bin au moins, z'avez le choix, vous!

C'est pas si mal de voir les films en Anglais pour apprendre la langue. A force, ça rentre.

A vrai dire, je me demande ce que fait un film étasunien doublé en Français pour la culture Francophone, c'est juste de la culture Anglo traduite, au fond, non?

Moi je dis ça, c'est juste pour poser des questions hein... Ou est-ce vriament juste la langue le problème?

PS: hehehe Gen, marrant, j'ai pas osé regarder les XMen en Français de France, mais me voilà tout curieux maintenant...

Pierre H.Charron a dit…

Qu'un cinéma s'affiche étant un cinéma anglophone, pas de problème, on sait à quoi s'en tenir. Mais pour les autres...Si aujourdhui, un cinema est en majorité en anglais et on dit OK c'est les "affaires" ...bien dans vingt ans ca sera tous les commercants, les pharmacies, les restaurants , les écoles.... On a pas le droit de prétendre qu'on a qu'à choisir nos établissements commerciaux ou de services quand on est le seul peuple francais dans les Amériques...On doit au moins ca à ceux qui vont suivre.

ClaudeL a dit…

Pierre, tu fais mon bonheur ce matin. On doit ça à nos parents et à nos grands-parents aussi qui ont travaillé si fort pour l'améliorer, le garder.

Pierre H.Charron a dit…

Dans la même ville, il y a un Archambault et son contenu papier est à 90% francophone, malgré qu'il y ait beaucoup de traductions. Pourquoi au cinéma il faudrait laisser faire ? Imaginez-vous dans 15 ans entrez dans une librairie la plus renommée et "dites" francophone" avec un contenu majoritaire en Anglais et qu'on nous dise qu'on a qu'à choisir notre librairie si on est pas content. je crois qu'on aura atteint le fond du baril.
Dans un restaurant Thai, je ne m'attends pas à manger de la poutine !

Pierre H.Charron a dit…

Je rejoins aussi Gen pour les traductions à la "française". le doublage québécois est tout aussi important. C'est une question de respect!

Gen a dit…

Je m'excuse, Pierre et ClaudeL, mais je ne pense pas que le tableau que vous peignez est réaliste.

Même chez les vilains bilingues de ma génération, la langue d'usage reste le français. À la pharmacie, au dépanneur, au resto, on veut être servi en français. Et parce qu'on le veut et qu'on est client, on va l'être.

Pour la librairie, c'est la même chose : une grande partie des gens sont capables d'écouter un film en anglais, mais pas de lire un roman, donc le contenu traduit n'est pas prêt de s'éteindre.

Là où je suis d'accord avec Pierre, c'est sur le fait que les cinémas à majorité anglophones devraient s'afficher plus clairement. Sauf qu'avec nos lois actuelles, ils ne le peuvent pas (vous imaginez le tollé que ça provoquerait?). Alors on nage en pleine hypocrisie.

Pour la question des titres de films, raisons sociales, etc... Je trouve qu'on a des combats plus importants à mener, dont empêcher les gens de s'acheter le droit de ne pas apprendre le français en passant par des écoles privés anglophones non subventionnées!!!

Le jour où tout le monde sera minimalement bilingue au Québec, on pourra arrêter d'avoir une mentalité d'assiégés. (Et on pourra tous voir les films américains en version originale... ou alors les Français apprendront à parler un français international)

Vincent a dit…

Sans vouloir jeter de l'huile sur le feu, je me permets d'appuyer Gen ici.

Et il y a surtout le commentaire de ClaudeL qui me fait sursauter. Ai-je bien compris que ça te pose un problème que les jeunes apprennent l'anglais à la première année du primaire? Il me semble que c'est une excellente idée!

Les langues sont une richesse. Être bilingue c'est un sacré coup de pouce, et ça ne veut pas dire oublier/mépriser/abandonner sa langue maternelle française. Il est également prouvé que les langues s'apprennent plus facilement lorsqu'on est plus jeune (comme à peu près tout quoi). Alors je dis bravo à l'apprentissage d'une langue seconde très tôt.

J'ai aussi l'impression (naïf que je suis) qu'il sera plus facile de faire la leçon à nos anglos qui ne connaissent pas le français si les francos connaissent bien l'anglais. Poussons le bilinguisme au maximum plutôt que l'unilinguisme français.

Suzanne a dit…

Gen a écrit et je cite:
«Le jour où tout le monde sera minimalement bilingue au Québec, on pourra arrêter d'avoir une mentalité d'assiégés.»
Et oui nous le sommes assiégés Gen et nous le serons de plus en plus parce que dans une province dite francophone nous laissons l'anglais prendre place pour une question de dollar. Ça n'a pas de sens de laisser aller ainsi notre français. Parce que ça rapporte plus? Ça c'est une mentalité de soumis.
Attention, je n'attaque aucun propos ici car toutes opinions valent aussi bien la mienne mais de permettre ce laisser-aller va «inévitablement» résulter à ce que le Québec devienne majoritairement une province anglophone et toute notre culture va prendre aussi le bord. Finalement, je n'ai rien contre le fait d'apprendre l'anglais comme l'espagnol ou le chinois non et je ne veux pas être alarmiste mais parfois vaut mieux prévenir que guérir car le danger croît avec l'usage.

Pierre H.Charron a dit…

Éternel débat hein ! De parler une autre langue et l'anglais par dessus tout est une immense richesse, tous en conviennent.

Mais,le jour où tout le monde sera minimalement bilingue au Québec, il faudra que ce soit avant tout les non-francophones qu'ils le soient. Là on ne parlera plus de mentalité d'assiégés, mais,... d'une mentalité d'intégration.

Isabelle a dit…

Tu essairas celui de sainte-thérèse la prochaine fois. C'est pas super confortable, mais si je me souviens bien il y a quand même plus de films en français.

Par contre, ça doit faire 10 ans que j'y suis pas allé, donc ça peut-être changé depuis ;)

Pierre H.Charron a dit…

@Isabelle. je ne suis jamais allé à celui de Saint-Thérèse. Il y a celui du carrefour du Nord et celui de Saint-Adèle aussi.

Gen a dit…

L'historienne en moi ne peut pas s'empêcher de vous rappeler que le français a survécu à des SIÈCLES où, pour avoir un emploi minimalement payant, il fallait parler anglais.

L'offre culturelle en français n'a fait qu'augmenter ces dernières années. Les cinémas se sont multipliés. Les DVD donnent accès à des traductions de séries télés plus facilement. Certes, l'offre de culture anglophone augmente aussi, mais ces deux augmentations me semblent parrallèles, pas concurrentes.

Enfin, éternel débat en effet. Mais je crois que la solution est plutôt, comme je le disais et comme le souligne Pierre, en forçant les allophones et anglophones à apprendre le français qu'en empêchant les francophones de se distraire en anglais si l'envie leur en prend.

Suzanne a dit…

Je ne doute pas de vos compétences en histoire Gen mais je vous souligtne que je parle du français du Québec et à ce que je sache notre petite prvince n'a que 400 ans!!! Puis si on n'avait pas laisser autant faire, les employeurs de langue anglaise seraient bilingues et n'exigeraient pas «de leurs subalternes» ce qu'ils ne peuvent faire ....
Si le français d'ailleurs, celui qui survit depuis des siècles, vous devez sûrement parler du français de France, tant mieux s'il survit encore et encore depuis tout ce temps malgré qu' aujourd'hui le bon français chez nos cousins/cousines se bat de plus en plus avec l'anglais. ;-)
Enfin, vous avez raison, nous pourrions en débattre très longuement. Belle journée.

Gen a dit…

Heu... quatre cent ans, par chez moi, c'est "des siècles". 4 en fait. La conquête s'étant faite en 1763, ça fait aussi "des siècles".

Et on parle toujours français.

Mieux qu'en France d'ailleurs, mais ça c'est mon avis...

Pour moi, un francophone capable de se distraire en anglais, ça me semble une richesse. Un anglophone incapable de parler anglais, comme vous le soulignez dans votre exemple du patron, ça, oui, c'est un problème.

Mais je ne crois pas que c'est au niveau de l'offre culturelle qu'il se règlera.

Âme Tourmentée a dit…

Je seconde.

Je préfère et de loin, pour les mêmes raisons et plusieurs autres, le cinéma-maison.

Moi qui est cinéphile, je ne trouve plus plaisir à aller au cinéma depuis longtemps de toute manière...

-xxx-

Pierre H.Charron a dit…

@AT Le cinéma maison...étalé sur le divan avec ta grande doudou pis ton chien recroquevillé à tes pieds...ca c'est du cinéma ;)

Suzanne a dit…

je vous l'accorde Gen, on parle encore français mais pour combien de temps? Question loisir et culture personnelle chacun ses envies et goûts mais pas au point où le Québec ait l'anglais comme langue première. Je me répète: le danger croit avec l'usage. C'est mon opinion.
En conclusion en ce qui me concerne voici les mots de Charles Bertin: « S’il est une donnée fondamentale de mon être, c’est bien l’attachement viscéral que j’éprouve à l’égard de ma langue, de ma terre et de ma culture.»

Sans rancune et bonne journée .