Pages

lundi 26 octobre 2009

Carnage

Je pars dans l'heure pour mon atelier d'écriture et je dois présenter ma nouvelle littéraire: Choix de phrase de départ imposé, insertion de 15 expressions idiomatiques, chute surprenante et le tout en 500 mots.
Je vous l'offre en primeur !
Carnage

Le hangar avait été passé au peigne fin. Les moindres recoins avaient été ratissés avec minutie, les étagères misent sens dessus-dessous, les contenants vidés de leur tribut et les armoires profanées jusqu’à dans leurs entrailles les plus insoupçonnées. Nulles traces d’indices n’avaient été trouvées et le mystère planait toujours sur les têtes de l’agent Dubeault et Rochefort. Les hommes de mains de la brigade des crimes violents étaient sur le coup depuis l’appel placé en catastrophe au district 423 indiquant qu’un bras et une jambe avait été trouvé dans une remise jouxtant un immeuble du centre-ville.

Arrivé sur les lieux du crime, Dubeault et Rochefort avaient constaté la véracité de l’alerte en retirant d’un bac à outils les membres dépecés de ce qui semblait, sans l’ombre d’un doute, appartenir à un corps humain. À première vue, il n’y avait pas de signes de résistance. La précision des lacérations et la tranche sans faux pas aux commissures des membres sectionnées penchaient la thèse vers une exécution organisée de main de maître et peaufinée par un travail de moine. Les deux détectives n’en avaient pas de reste. Là, où le bât blessait était qu’il n’y avait aucunes traces de sang, pas même une molécule d’hémoglobine. De quoi vous jeter les foies et vous laisser croire à un crime d’autant plus sordide que déroutant. Ne leurs en déplaisent, la table était mise pour Dubeault et Rochefort.

Alertés par leurs sous-fifres, les deux compères furent amenés en arrière du bâtiment où ils assistèrent à une mise en œuvre qui leur en mettait plein la vue. Au milieu du mur, étaient accrochés deux yeux sous lesquels pendait un nez coiffé d’une moustache et terminé par une paire de lèvres charnues qui souriaient à pleines dents. Dubeault dû se détourner à l’écart, frappé d’un haut le cœur pendant que son acolyte, aux loges du spectacle, accusait le coup sans broncher. Il fallait se ressaisir à tout prix. Rochefort ramena son équipe à l’ordre et somma de redoubler d’ardeur pour trouver le reste du cadavre. Plus que jamais, il était de mise de trouver le fil d’Ariane sinon l’enquête frapperait son nœud. Rochefort regarda Dubeault droit dans les yeux et hocha la tête en signe de compassion. Les deux comparses partirent au pas de l’autre côté de la cour. Un carnage, pas de corps, pas de sang. Ils nageaient en pleine décadence.

Plantés comme des soldats de plomb devant un bac à sable. Les deux officiers observaient la trappe de sel brun dans laquelle surplombait le popotin, nu comme un ver, du tronc démembré de la victime. Le tueur avait signé son crime. Sur une des fesses basanées étaient tatouées les lettres HAS. Dubeault s’agenouilla pour dépoussiérer l’autre melon et dévoila, à la volée, les lettres BRO.

Pendant que les deux détectives entonnèrent de concert le mot: H-A-S-B-R-O, derrière une matrone cria de sa voix de marbre :

— Dubeault ! Rochefort ! Ramassez Monsieur Patate et allez vous habillez au plus vite. Vos parents sont arrivés !

18 commentaires:

Âme Tourmentée a dit…

J'-A-D-O-R-E!!!

Génial, brillant!

-xxx-

richard tremblay a dit…

mdr

Venise a dit…

Quand on parle de chute fracassante, eh bien, c'est réussi.

Pas facile ; 15 expressions idiomatiques !

Pierre H.Charron a dit…

@AT Merci !
@Richard Excuse mon ignorance,mais je ne connais pas la signification de "mdr"......

@Venise. Ca enrichit un texte de mettre des expressions idiomatiques, mais en mettre un peu trop ca devient un art de les camoufler!!!!! et Merci!

Gen a dit…

mdr = mort de rire
C'est pour ceux qui sont allergiques à "lol" ;p

Il existe aussi :
jmrater = je me roule à terre en riant...

Et d'autres variantes...

François Bélisle a dit…

Superbe!

Pierre H.Charron a dit…

@ Merci pour la précision Gen. J'utilise des fois celle-ci de mon cru.. CE2..crampé en deux !

@Merci François!!

Isa Lauzon a dit…

Encore une fois, tu nous a fait craindre le pire... pour dédramatiser à la toute dernière phrase! Je revois encore les grimaces de nos collègues d'atelier. Tellement drôle! Bravo, Pierre, tu m'as à chaque fois!

Suzanne a dit…

Sirop mais c'est excellent! Hey monsieur patate m'a surprise totalement. Quelle chute! Bravo.

Pierre H.Charron a dit…

@ Isa. Je ne vois pas ses grimaces car quand je lis, c'est que comme si je ne voyais plus personne.Mais, c'est stimulant d'entendre les réactions durant la lecture.

@Suzanne. Merci beaucoup. Ha ce Mr. Patate, il a tellement une tronche à faire parler de lui !!

Anonymous a dit…

Michel Gingras dit:

Salut,

J'ai découvert tout récemment ton blog et j'en suis ravi. Écrivains à mes heures avec qu'une nouvelle publiée jusqu'à ce jour dans le numéro 7 du fanzine Katapulpe et une autre qui verra le jour dans le fanzine Nocturne en 2010, j'ai un plaisir à lire les blogs de d'autres gens qui écrivent. Par contre, je ne suis pas le savoir absolu et je me demande qu'est-ce que des expressions idiomatiques?

Anonymous a dit…

Michel Gingras dit:

Pour votre atelier d'écriture, c'est où exactement? Ça pourrait m'intéresser.

Pierre H.Charron a dit…

@Salut Michel ! Bienvenue dans mon Hameau.
Les expressions idiomatiques sont des expressions qui enrichissent le texte et qui donnent du style lorsque bien dosées. Dans mon texte il y a par exemple : ombre d'un doute - À première vue - sans faux pas - main de maître - travail de moine - En avoir de reste - Jeter les foies - mettre plein la vue - Plus que jamais ect....
Il existe des dictionnaires d'expresiions idiomatiques en librairie.

Pour les Ateliers d'écriture, c'est à Saint-Janvier dans la ville de Mirabel. Il y en a aussi à Saint-Sauveur et aussi à Ste-Thérèse. Si tu es membre des Loisirs littéraire du Québec, il y a une panoplies d'ateliers super intéresants.

Si Mirabel est dans ton secteur, communique moi par email et je te donnerai les coordonnées. La prochaine session est en Janvier

Au Plaisir de te relire. Et je tenterai de mettre la main sur tes nouvelles publiées dans Nocturne et Katapulpe sans faute.

Bye !

Anonymous a dit…

Michel G. Dit:

Merci ! Je suis de Québec, trop loin pour pouvoir aller à l'atelier. Je vais me procurer ce dictionnaire à ceux que je possède déjà.

Ma nouvelle dans Katapulpe est déjà parue. En fait,c'est dans le numéro 7 et toi tu seras publié dans le 8. Fais le tour des endroits où tu as des chances de mettre la main dessus. Les points de vente sont affichés sur le site de Katapulpe.

Pierre H.Charron a dit…

@Michel. DAc, Je n'y manquerez pas.
Et pour des ateliers des Loisirs littéraires à Québec, regarde ce lien: http://www.litteraire.ca/page/quebec

Anonymous a dit…

Michel G. dit:

Merci.

Anonymous a dit…

Michel G. dit:

Si tu lis ma nouvelle dans Katapulpe et veut me donner ton avis, tu pourras m'écrire sur spartack@hotmail.com

Pierre H.Charron a dit…

@Michel. Ca me fera plaisir !