Pages

mercredi 14 octobre 2009

Au nom de la loi

- Excusez –moi, Monsieur Z, j’aimerais que vous fassiez un pas en arrière s’il vous plait.

Z , un peu frustré , recule d’une enjambée par derrière sous la pression du coude de l’agent en fonction.

- Vous en avez du front ! Faudrait être moins brusque. C’est pas un troupeau de bisons ici !

- Moi, je fais mon job. Vous êtes marqué au fer rouge, alors obtempérer à mes ordres et ne discuter pas.

Devant, un gamin prénommé U se dandine au son d’un tintamarre sortant directement de deux écouteurs suspendus sur le dessus de sa tête. Bien sûr, il ne s’aperçoit pas du tout du branle-bas de combat qui se produit près de lui.

- Hey, le môme ! Enlève moi ses trucs de sur ta caboche pis écoute les consignes pour une fois dans ta vie.

L’agent lui arracha les oreillettes du crâne en arrachant quelques brindilles de son cuir chevelu au passage.

-Aie ! Espèce de vieux shnock, tu m’as fait mal … sérieux !

- La ferme le minus ! Pis rentre dans le rang. Je veux pas savoir ton opinion.

Le gamin rouspéta en silence et s’aligna derrière madame T qui prenait toute la place avec son manteau de vison à triple couches.

-Dame T, je vous prierai de laisser votre manteau au vestiaire. Vous prenez toute la place et je ne peux plus ajouter personne sans commencer une autre rangée, vociféra l’agent avec une once de politesse.

La dame ne broncha pas d’un poil et afficha son air le plus hautain.

-Vous l’aurez cherché vielle sacoche, dit l’agent avec son rictus du dimanche.

Et il lui volatilisa son renard musqué qu’il envoya choir dans les bas fonds de la cage d’escalier.

-Quand je dis , vous faites. C’est tu clair ça !

La fourbue qui avait rétrécit du double de son volume ne répliqua pas et perdit son sourire de pet-en-cul d’un coup sec.

L’agent se calma un brin. Il ne voyait plus rouge. Tout était à sa place. Comme il se doit. Comme il est écrit. Il avança devant la file et admira la rectitude et la justesse de son travail. Fier comme un paon, il salua du chef la troupe, maintenant toute bien drillée, et retourna dans ses quartiers jusqu’à nouvel ordre.

Dans son rapport, l’agent archiva ses correctifs du jour en instaurant un nouveau règlement qu’il sera Impossible de déjouer. Quand une loi est adoptée, nul ne peut y déroger. C’est sans appel.

Désormais, _züT sera toujours rectifier pour zut.

L’Agent ANTIDOTE sera toujours là pour y veiller au grain.

Tenez-le vous pour dit !

6 commentaires:

Isa Lauzon a dit…

Très drôle et spirituel. Ah! Vive antidote!

Pierre H.Charron a dit…

On ne peut s'en passer de ce vilain Agent qui voit rouge !!

Gen a dit…

lol! Je me demandais bien de quoi il retournait! hihihi

Pierre H.Charron a dit…

J'aime bien les chures soudaines divulguées en quelque mots à la fin.
Ceci est une écriture automatique qui m'a prise comme ca. Ca arrive pas souvent.

Suzanne a dit…

Pareille chute, j'adore. Euh en parlant d'antidote, y'en existe un pour certains médias qui ne cessent de nous presser d'aller se faire vacciner avec un s'il vous plait à part ça? lol!
Belle journée.

Pierre H.Charron a dit…

@Suzanne. Merci et passe une belle fin de journée :)