Pages

dimanche 31 mai 2009

Une semaine d'écriture exaltante

La semaine dernière en fût une de très productive coté écriture. Un samedi matin, avant d’aller reconduire mon fils à son travail au restaurant de Saint-Jérôme, je parcours mes blogues préférés et je lis que certains ont terminé, ou sont en voie de le faire, la production de leurs nouvelles littéraire pour le magazine Biscuit Chinois qui fait un appel de textes pour le thème TAXI. Voilà que mon esprit part à la dérive et me transporte dans des mondes imaginaires insoupçonnés. Déjà, deux idées me narguent au nez et je les combats férocement et, bien-sûr, j’ai abdiqué. En commandant mes deux œufs tournés, bacon, cretons, le fixe me prend et j’ai la fin de mon histoire qui tombe du ciel. Je divulgue ma prémices à Chantal et son rictus m’a convaincue, je décidai d’embarquai dans le Taxi.

Quand l’inspiration me vient comme une bourrasque de vent, cela inaugure toujours quelques choses de bien, et cette fois ci, je n’y échappai pas. Ayant déjà le fil conducteur, je me suis mis à élaboré les sous-intrigues et le scénario du récit et déjà le lundi matin, je couchais le premier paragraphe à l’écran à 4 :00am avant d’aller au Gym. Tous mes moments de libre de la semaine, des soirées à mes heures de dîner au bureau furent consacrés à l’écriture et l’aventure s’est terminé ce week-end ou j’ai soumis mon texte à la revue.

Une aventure de près de trois milles mots qui m’a amené à des moments de purs délices. Une nouvelle plus mature, avec plusieurs intrigues et plusieurs chutes. Une réelle extase d’écriture. Bien sûr que tout auteur veut voir ses écrits publiés ou, à tous le moins, lus par d’autres, mais celle-ci,si elle ne l’est pas ,aura été pour moi une révélation, dans le sens qu’elle me convainc d’activer le processus d’écrire un roman sans me mettre de barrière et de frontières et d’aller jusqu’au bout sans douter. Alors souhaitons que le Taxi arrête à mon adresse, j’ai un long voyage à l’agenda !

9 commentaires:

Isabelle Lauzon a dit…

Wow! Chanceux! Tout auteur rêve d'être pris dans un tel tourbillon et j'espère avoir la chance de lire ta nouvelle bientôt! Je n'ai même pas besoin de croiser les doigts, je suis certaine qu'elle sera publiée...

Et pour le roman... fonce!

Pierre H.Charron a dit…

Oui, faut que je fonce , cette fois-ci plus d'excuse. J'avoue qu'écrire des nouvelles de cette longueur , ca donne une bonne cadence.Alors il faut battre lke fer pendant qu'il est chaud. C'est parti.

Pat a dit…

Bonne chance pour ton texte, et futur roman.

Pierre H.Charron a dit…

Merci Pat !

S@hée a dit…

Génial Pierre, j'adore ces moments où on sait tellement où on va en écriture...

Ces moments bénis sont entrecoupés toujours d'hésitations et de doutes quand on écrit du plus long...

Mais persévère et go! J'aimerais beaucoup lire ton texte, si tu veux... maintenant ou au pire, dans la revue quand elle sortira puisque je suis maintenant abonnée! :-)

ClaudeL a dit…

Un état de grâce qui n'arrive pas souvent et dont il faut jouir. C'est fou comment ça arrive: n'importe où, et pas nécessairement dans la solitude et l'enfermement.

Je réserve tout de suite ma randonnée en taxi!

tangomango a dit…

Il y a de quoi être exalté! Je te dis un gros Merde pour la suite!

Pierre H.Charron a dit…

@Emilie, Claude, Marie-Andrée,Merci de votre support et Si le taxi passe à la porte embarquai dedans!.... à bien y penser,pas dans celui de ma nouvelle... Vous méritez un meilleur sort !...(juste pour mettre en appétit...au cas où ... )

@Émilie , je pense à ton offre et celle d'hier sur ton blogue ....

S@hée a dit…

Penses-y et fait moi signe! :)