Pages

vendredi 22 mai 2009

Le Shack - Dogme, Hérésie ou ... Subterfuge ?


Le récit relate l’histoire de Mack qui a perdu sa petite Missy qui a été enlevée et assassinée et laquelle on n’a jamais pu retrouver son corps. Trois ans se sont écoulés et un jour Mack reçoit une lettre de Dieu qui l’invite dans un Shack isolé dans les bois où on a retrouvé la robe ensanglantée de la petite Missy. Jusque là, l’histoire se tient et l’intrigue est ficelé à point, mais voilà, à l’arrivée au fameux Shack , tout se gâche, W. Young, détenteur d’un diplôme en Étude Religieuse nous propulse dans un 200 pages où le gargarisme des Intellectuels vient nous faire la morale quant à la quête de la Foi et la véracité des Saintes-Écritures.

Un ramassis des meilleurs Homélies de curé du Dimanche. Une thèse biblique bien compilée et parfaitement structurée pour plaire à toute Université digne de ce nom. Les trois résidants du Shack, Dieu, une négresse, Jésus, un Arabe en gars de la construction et le Saint-Esprit en Orientale qui marche en lévitant se relayeront à qui mieux-mieux pour amener Le père inconsolable et plein de colère a baissé pavillon et rendre les armes.

Me rentrer à coup de sermons de Vie, de mystère de la Foi et de l’Amour avec un A, que Dieu est bon et qu’il veut que nous vivions que pour Lui et en Lui, que les bontés de la Terre est sa Suprématie, que nous lui devons Tout, mais que toutes les guerres, les maladies, les atrocités faites par l’homme ne peuvent Lui être imputés et que la Faute est nôtre, je n’embarque pas du tout la dedans. D’essayer de me faire brailler parce qu’un père, après avoir vu sa défunte fille courir dans les champs du Paradis en tenant la main de Jésus, crie à genoux devant le cadavre putréfié de sa Missy, en vidant toutes les larmes de son cœur, qu’il pardonne au gars qui a tué, violé et caché sa fille et que Dieu le regarde en plein extase, l’enlace et lui dit : Merci, je t’aime mon Fils, je suis fier de toi, tu est maintenant Digne de Moi , je trouve ca d’un Narcissisme dégueulasse , d’une Perversité honteuse et d’une Moralité d’arriéré. Désolé de déplaire à des lecteurs pieux et croyants, mais il y a une limite à entériner des Dogmes de Fou Furieux. Tant mieux si ca peut donner des baumes à certains chagrinés, mais il y a une limite au sapré bon sens. Si pour être digne de Dieu, je dois poser le geste que Mack a dû s’abaisser à faire, alors je crache sur ce Dieu et je préférerais aller pourrir en Enfer sous les yeux souriants de Lucifer.

Et curieux hasard, en lisant la fin du livre, LCN diffuse en nouvelle-primeur que l’on vient de trouver le corps de la petite Victoria Stafford de Woodstock, Ontario disparu depuis le 8 avril dernier. Un homme et une femme, amie de la mère sont formellement accusés dans ce sordide meurtre. Au défendeur du roman Le Shack, allez donc porter ce livre à la maman et regarda la droit dans les yeux en lui disant que sa Délivrance est en pardonnant ces deux « ?%/ +»* de Monstres », … allez y, ne renier pas votre Foi, je veux voir la Bonté de Dieu illuminer cette âme en détresse.

Prenez bonne note, les pardonner pour amenuiser sa peine et gagner son ciel c’est d’être complice du meurtre de son propre enfant et cela rend votre geste plus abjecte que celui de ces bourreaux d’enfants. Tenez le vous pour dit !

5 commentaires:

richard tremblay a dit…

Je suis avec toi. Ta tirade est une bénédiction (si j'ose écrire)et j'approuve la charge que tu mènes contre la pensée religieuse, cette ignominie religieuse.

Bravo aux personnes qui sont capables de pardonner parce que ça vient du fond de leur coeur. Je n'en serais pas capable, mais je crois que je peux comprendre qu'on souhaite mettre un terme à la douleur que l'on porte en soi.

Pardonner pour plaire au bon dieu, non, non, le plus tôt qu'on l'aura vraiment assassiner celui-là, le mieux l'humanité se portera.

richard tremblay a dit…

Évidemment, j'ai écrit avec la bave aux lèvres et j'ai fait une erreur : la pensée religieuse, c'est une ignominie monstrueuse.

Pierre H.Charron a dit…

Le Pardon est un acte de Grandeur humaine À petite ou grande échelle, mais en excluant les ceux pour les tueurs , violeurs et autres monstruosités de cet acabit.
N'en déplaise À Yahvé,Jéovah Krishna,Boudha,Rael,... de ce monde

Isabelle Lauzon a dit…

Bravo, Pierre, de dire tout haut ce que nombreux pensent tout bas!

Que ceux qui croient en une divinité, quelle qu'elle soit, à un point tel que leur raison vacille, que ceux-là pardonnent!

De mon côté, les bourreaux d'enfants ne se mériteront guère mon pardon sur cette Terre...

Qui sait, peut-être que nous, pauvres pécheurs sans coeur, nous retrouverons-nous un jour en enfer, à écrire des vers pour Satan!!!

Pierre H.Charron a dit…

Je srai toujours celui avec les flèches dans le dos quand il s'agit de défendre le GROS BON SENS..... et pour notre repentir, je récitrais Dsns l'Hades des Bassesses, Milles Sonnets dans dans l'Anti-Eden, la Geyenne des Âmes Sans Peine ... et tout ca en Alexandrin de douze pieds, bien-sûr!