Pages

dimanche 12 avril 2009

Les vieux amants - Sonnet de Pâques

Pâques symbolise l'espoir d'une vie éternelle où ceux qui restent peuvent espérer rejoindre ceux qu'ils ont tant aimé durant leurs vies. Je dédie ce sonnet écrit à l'automne '07 à tout ceux et celles qui dans leur coeur chagrine encore la perte d'un être cher.

Les vieux amants

Tant de jours, tant de nuits et le temps s’éternise
Sans baume, je guette ta présence, je fuis mon délire
Et dans l’abysse de mes songes, je veux en finir
Pour que peines et tourments, en moi, s’amenuisent

Première, le sablier, ton bourreau, t’a choisie
Et moi, le second, aux heures moroses, affligé,
Le cœur lacéré, revivre les relents du passé
Et en vain, comme une punition, mon âme châtie

Me reste encore, sur ton oreiller, ton odeur
Dans mes nuits, éveillé, camouflée ma douleur
Et que vienne vite l’appel de la douce Morphée

Bientôt, peut être ce soir, ma joie ne sera feinte
Et au dernier de mon souffle, me consoler
Ô ma tendre dulcinée, de toi, une étreinte

7 commentaires:

Isabelle Lauzon a dit…

Ouf! Intense!

Pierre H.Charron a dit…

Le grand-père de Chantal(87 ans) venait de perdre sa conjointe de vie de toujours et il se retrouvait seul dans sa grande maison....Cette solitude soudaine m'avait inspiré alors....

Âme Tourmentée a dit…

Sublime...... Un délice pour l'âme...
-xxx-

Pierre H.Charron a dit…

...Pour les âmes tourmentées ;)
Merci!

Cédille a dit…

Que ces années de tendresse soient longues et heureuses... Elles le seront certainement car elles sont très bien dites !

Cédille a dit…

Bien entendu je m'adressais aux années de Pierre et de son épouse !

Pierre H.Charron a dit…

Merci Cédille. C'est apprécié!