Pages

lundi 16 février 2009

La houle des échéanciers

La dernière semaine fut très prolifique côté écriture. En effet, j’y ai pondu deux courts textes de 250 mots pour mon prochain atelier d’écriture. Encore une fois, sous le dogme des contraintes préétablies, j’y ai appris des subtilités qui ont lieu de parfaire mon écriture. Reste qu’il faut que j’aille les lire devant le groupe. Je n’y suis toujours pas habitué.

La semaine d’avant j’avais tapissé un document Word du premier jet de ma nouvelle sur le thème Bonbon. En fin de semaine, j’ai entamé le processus de réécriture. C’est la première fois que je fais cet exercice sur un texte de 3000 mots. Ce fut un moment de pur délice, de voir une histoire écrite au brouillon, parsemé de fautes et de longueurs relié par des paragraphes inappropriés, se transformer en un récit vif et plein de couleur d’où la trame de fond se tisse pour aboutir dans une fin concoctée d’avance , qui en fera sourire plus d’un, enfin je l’espère.

La réécriture est le stade où le style se précise, où le mordant de la plume laisse sa trace et où les pièges sont parfois difficiles à évincer. L’abolition des pronoms on , les mais en début de phrase, les verbes être à profusion, la multiplication des adjectifs, les mots en doublons, les mots abstraits à restreindre, l’addition d’expressions idiomatiques sont tous des ramifications et procédures assez fastidieuses et souvent imperceptible à produire mais ils sont la recette pour rehausser un texte à sa juste valeur.

J’ai aussi constaté un de mes vices d’écriture. Au jeu du saut en longueur de phrase, je monte sur le podium à coup sûr. La ponctuation du point tarde à arriver et je juxtapose les phrases unis par d’innombrables virgules. Quand je me relie, je me sens essoufflé comme si j’avais chanté une toune de Jean Leloup. Il va falloir que je fasse la part des choses, sans changer toute fois, mon style d’écriture.

Ce soir, je mets la touche finale à mon texte de 2852 mots et je l’envoie à la revue littéraire. En espérant qu’il sera retenu. Ce serait ma première publication. Je croise les doigts. Moi je suis très fier de ce que j’ai écris et comme le dis Nicole, notre professeur, dans mes ateliers d’écriture : Cette journée là, j’ai écris le meilleur de moi-même, c’est moi et c’est tout!

6 commentaires:

claudel a dit…

Une échéance extérieure, c'est aussi une motivation. Sinon, des fois, rien ne nous oblige. Et ça ne veut pas dire qu'on écrit mieu ou moins bien.

claudel a dit…

oups il manquait un x. On peut pas corriger nos commentaires, je devrais me relire aussi!!!

Pierre H. a dit…

C'est vrai que des dates de tombée empêche la proscratination. un piège dans lequel il est facile de s'y laisser prendre!

Chula #1 a dit…

J'ai eu le privilège d'avoir la primeur de ton texte (pour les intéressés, Pierre est mon conjoint) et je veux dire publiquement que je suis fier de toi. Ton texte est excellent (comme toujours) et avis a tous, s'il est choisi et qu'il ne vous en avise pas(ce qui m'étonnerais). Je le ferai pour lui, parce qu'honnêtement, il mérite d'être lue, vous allez p.ê. dire que je ne suis pas objective, détrompez-vous, je suis très objective et surtout (petit défaut) très critique. Donc félicitation et je te le dit. Tu vas être choisis. Je t'encourage à continue ton excellent travail, tu es doué et ce serais du gaspillage de talent que de t'arrêter ici, même si ça doit obligatoirement, faire de moi, une veuve de l'écriture. xox

Isabelle Lauzon a dit…

Bonjour Pierre,

Quel merveilleux encouragement de la part de ta conjointe! Je suis de son avis, ta plume a du punch et tes textes sortent de l'ordinaire. Poursuis dans cette voie! Je suis certaine que j'aurai bientôt le plaisir de te lire dans une publication.

Les échéanciers nous poussent à nous dépasser. Ils nous mettent un peu de pression sur les épaules, nous donnent un petit frisson dans le dos et c'est justement ce qui est génial! Sinon, on remet à demain, on se trouve des excuses. Amenez-en des défis!

Pierre H. a dit…

@ Isabelle. Merci des encouragements et c'est vraiment que les échéanciers sont souvent le coup de pied au derrière qui nous manque..parfois

@Chula#1 qui m'a volé mon pseudonyme dans la maison..Chule#1 c'est mon idée (chule plus fin chule plus fort chule plus...vous voyez..) C'est Ok j'abdique..
Alors, Merci de ton encouragement. toi qui est ma première lectrice et critique et que j'apprécie beaucoup. Je sais que parfois je m'enferme dans ma bulle mais j'apprend à doser avec le temps. pour l'instant y a comme une boule qui veut explser et je laisse venir l'éruption.. Merci de ta complicité.j'apprécie.
-Pierre qui t'aime sans bon sens.