Pages

mercredi 21 janvier 2009

L'exercice du Pastiche

Le pastiche est l’exercice par excellence en déblocage de la créativité littéraire. Il consiste à reprendre un texte existant, conte, récit, chanson et de changer chaque mot par un autre. Un nom par un nom, un verbe par un autre et ainsi de suite tout en gardant la même structure de phrase que l’auteur original. Vous verrez alors votre écriture se transformer dans un style qui ne vous est pas inné. C’est très enrichissant et amusant. En voici un que j’ai fait l’automne passé. Il était très d’actualité sportive.

Pastiche de la lettre de Madame de Sévigné au Compte de Bussy À Livry le 26 juin 1655

Grief suédois

Monsieur Sundin,

Il m’apparait clairement que d’ores et déjà vous nous portez préjudice, et que quoique nous déployions pour vous, cela dupliquerait la saga de Daniel Brière. Pourtant je ne suis pas un soupe au lait, je me dissocie de ceux-ci, néanmoins je ne peux me résoudre à me taire et vous savoir quitte au change. Je me serais au moins vidé les tripes, avant que vous nous les vomissiez.

Depuis que je suis jeune, j’ai toujours été entiché par cette glorieuse équipe, maintenant, et, pour vous dire promptement, je me fous pas mal de votre désir de réflexion. J’aurais une forte estime d’un si talentueux hockeyeur, si vous daigneriez de nous respecter en cette année du centenaire du plus prestigieux club de hockey qui ait existé en Amérique du Nord, et de sa réputation tant respectée que celle que nous lui vouions. Il importe que vous encaissiez nos appréhensions plus justifiées que les vôtres : tous châtient à sa mesure; pour nous, vous recevez sentence d’avoir blasphémé, très contrairement à nous : ainsi les invectives desquelles je voulais vous donner réplique. Il se trouvera toujours quelques disciples qui qualifieront ceci un tant chauviniste et donneraient vent aux rumeurs de nous traiter de raciste.

Sur ce, je leur réitère que je ne suis pas tant bien qu’irréprochable et, que sans toute ma retenue, je daignerais vous inviter, avec plus d’élégance que vous, dans votre langue : *Resten Hem ! J’ironise, mon vieux Mats, mais vous ne méritez pas mieux!

*En suédois dans le texte, signifie: Reste chez-vous!

0 commentaires: